PDA

View Full Version : Hilary Clintongha ochuq xet



Unregistered
12-02-09, 15:52
Towendiki ocuq xetni Chegrisiz Muxbirlar Teshkilati, Kishilik Hoquqni Kuzitish Teshkilati qatarliq 7 kishilik hoquq teshkilatliri Amerika dolet ishliri katipi Hilary Clintonning Xitay sepirige qarita yeqinda elan qilghan. Uningda Hilary Clintonning Xitaydiki yuqiri derijilikler uchrishishida Tibetlikler bilen Uyghurlarning mesilisini otturigha qoyushi telep qilinghan:

-------------------------------------------------------------------------------

Human Rights Watch
Freedom House
Reporters Without Borders
International Campaign of Tibet
Human Rights in China
Human Rights First
Amnesty International USA

February 12, 2009

Secretary of State Hillary Clinton
US Department of State
2201 C Street NW
Washington, DC 20520
VIA FACSIMILE

Dear Secretary Clinton,

As you prepare to make your first trip to the People’s Republic of China as Secretary of State, our organizations strongly urge you to make human rights issues a prominent topic in your public and private discussions with the Chinese leadership and people.

Your visit will set the tone for the US-China relationship in the new Obama administration. This will be the crucial moment to signal to the Chinese government that the quality of its relationship with the United States will depend in part on whether it lives by universally accepted human rights norms in its domestic and foreign policies. Sending such a signal in Beijing will be especially important given the United States’ unfortunate absence from China’s Universal Periodic Review on February 9 at the UN Human Rights Council in Geneva. Most important, the Obama administration has pledged to return the United States to a position of leadership in defending human rights; doing so with a rising power such as China will be a key test of that commitment.

Thirteen years ago in Beijing, you spoke eloquently about the duty of all governments to respect the fundamental human rights of women and men. Respect for human rights, you said, means “not taking citizens away from their loved ones and jailing them, mistreating them, or denying them their freedom or dignity because of the peaceful expression of their ideas and opinions.”

In recent years, however, human rights concerns have been pushed progressively further to the margins of the US-China relationship. The Chinese government’s growing financial, diplomatic, and military strength, coupled with its hostility to reforms that challenge the Chinese Communist Party’s grip on power, make China a difficult country in which to effect change.

But the advancement of human rights in, and with, China is arguably more central to US interests than ever before. Press censorship in China makes it possible for toxic food and public health crises to spread globally. Suppression of dissent removes internal checks against environmental damage that has global impact. Abuses of low-wage labor implicate international firms operating inside China and compromise goods that come into the US. The government’s control of mass media and the internet allow it to stoke nationalist anger against the United States in moments of crisis. The export from China of internet-censoring technologies and its provision of unconditional aid to repressive regimes increases the US’s burdens in fighting censorship and human rights crises worldwide.

As much as the Chinese government appears to resist outside pressure to improve its record, experience suggests that it does respond to such pressure. American interventions on behalf of jailed government critic Hu Jia contributed to his being moved to a prison closer to his family; sustained international pressure on the Chinese government to permanently relax rules on foreign journalists in China resulted in success. Ordinary people in China will also appreciate hearing the United States raise human rights issues in ways that echo their own day to day concerns about rule of law and government accountability. And we urge that you be mindful of the converse: that the Chinese government and people take careful note when the US is silent.

While the Chinese government has taken some steps to promote human rights, such as enshrining the concept in the Constitution, the gap between its rhetorical commitments and the reality on the ground remains vast. We urge that you raise on this visit the following issues:

Tibet and Xinjiang. Tibetans and Uighurs continue to suffer indiscriminate crackdowns on their rights, typically on the grounds that their peaceful calls for genuine autonomy are in fact a cover for “separatist activity.” You should press Beijing to end the criminalization of peaceful advocacy in and to engage in constructive dialogue over the future of both regions.
Torture. As documented most recently by the United Nations Committee Against Torture’s review of China, police torture remains a serious problem, yet evidence obtained through torture is routinely admitted in Chinese courts. You should urge Beijing to alter this policy, and put in place mechanisms whereby alleged incidents of torture are consistently and impartially investigated and evidence procured through torture excluded.
Censorship of the domestic press. The Chinese government continues to strictly control Chinese journalists; at least 26 remain in prison due to their work, many on ambiguous charges including “revealing state secrets” and “inciting subversion.” You should urge the Chinese government to cease its widespread media and internet censorship, and fully honor its obligation to guarantee freedom of expression, information, and freedom of the press under Article 35 of the Constitution and international standards.
Abuses of human rights defenders, including Huang Qi and Liu Xiaobo. Rather than embrace those who urge greater rights protections, the Chinese government continues to persecute those who publicly criticize it. Veteran dissident Huang Qi faces a possible three year prison term as he reportedly faces trial in Sichuan on charges of “possessing state secrets,” in a prosecution linked to his investigation of poorly constructed schools destroyed in the May 2008 earthquake. Writer Liu Xiaobo, a veteran of the 1989 Tiananmen Square protests, has now been held by Chinese police since December 2008 for his involvement in organizing Charter 08, a petition calling for greater respect for human rights and democracy in China.
The use of extrajudicial forms of detention. Chinese police continue to make frequent use of house arrest, residential surveillance, and administrative detention. There is no basis for these tactics in Chinese law, and you should urge the Chinese government to publicly eschew further use of them.

We strongly urge that you raise these issues early in your tenure as Secretary. We are acutely aware that the US’s agenda with China is a broad one, but we believe that the desired economic, security, and diplomatic progress can be reinforced through more vigorous and public defense of human rights.


------------------------------------


Human Rights Watch
Freedom House
Reporters sans frontières
International Campaign of Tibet
Human Rights in China
Human Rights First
Amnesty International USA


Secrétaire d'Etat Hillary Clinton
US Department of State
2201 C Street NW
Washington, DC 20520



Madame la Secrétaire d'Etat,



Dans le cadre de la préparation de votre premier voyage en République populaire de Chine en tant que Secrétaire d'Etat, nos organisations vous encouragent vivement * faire du problème des droits de l'homme en Chine l'un des sujets principaux de vos discussions, publiques et privées, avec les responsables et le peuple chinois.

Votre visite en Chine va donner le ton des relations entre les Etats-Unis et la Chine pendant l'administration Obama. Ce sera le moment crucial pour signaler au gouvernement chinois que la qualité de ses relations avec les Etats-Unis dépendra en partie de la reconnaissance et du respect des droits de l'homme dans ses politiques nationales et internationales. Envoyer un tel signal * Pékin sera très important, notamment après l'absence regrettable des Etats-Unis lors de l'Examen périodique universel de Chine (China's Universal Periodic Review), le 9 février, au Conseil des droits de l'homme des Nations unies * Genève. Plus encore, l'administration Obama s'est engagée * faire * nouveau des Etats-unis le défenseur incontournable des droits de l'homme. Agir ainsi envers une puissance montante telle que la Chine serait une preuve de cet engagement.

Il y a treize ans * Pékin, vous aviez fait un discours éloquent sur les devoirs de tous les gouvernements de respecter le droit fondamental des hommes et des femmes. Le respect des droits de l'homme, aviez-vous dit, c'est "ne pas éloigner les citoyens de leurs proches et ne pas les emprisonner, les maltraiter ou les priver de leur liberté ou de leur dignité pour avoir exprimé pacifiquement leurs idées et opinions".

Mais ces dernières années, les préoccupations pour les droits de l'homme ont été progressivement repoussées jusqu'aux marges de la relation sino-américaine. La croissance financière, diplomatique et militaire du gouvernement chinois ainsi que son hostilité * toutes réformes qui contesteraient la mainmise du Parti communisme chinois, fait de la Chine un pays où il est difficile de changer les choses.

Mais les progrès en matière de droits de l'homme en Chine, comme * l'international avec l'aide de la Chine, sont plus importants que jamais pour les intérêts des Etats-Unis. La censure de la presse en Chine permet le développement * l'échelle mondiale de crises alimentaire ou sanitaire. La répression de la dissidence empêche tout contrôle sur les dommages environnementaux ayant des impacts dans le monde entier. Les abus en termes de très bas salaires impliquent des firmes internationales implantées en Chine, et des produits importés aux Etats-Unis sont fabriqués dans ces conditions. Le contrôle du gouvernement sur les médias de masse et Internet lui permet d'alimenter la haine contre les Etats-Unis en période de crise. L'exportation du savoir de la Chine en matière de technologies en cybercensure et son aide inconditionnelle envers les régimes répressifs augmente le fardeau des Etats-Unis dans sa lutte contre la censure et pour les droits de l'homme.

Le gouvernement chinois paraît résister * la pression internationale, mais en réalité l'expérience montre que l'inverse est vrai. Les interventions américaines en faveur de Hu Jia, un critique du gouvernement actuellement en prison, ont contribué * permettre son transfert dans une prison plus proche du domicile de sa famille. La pression internationale sur le gouvernement chinois dans le but d'alléger les règles pour les journalistes étrangers en Chine a été un succès.

Le peuple chinois appréciera également que les Etats-Unis soulèvent le problème des droits de l'homme en Chine, car cela fera écho * leurs propres inquiétudes quotidiennes en ce qui concerne l'autorité de la loi et la responsabilité du gouvernement. Nous espérons que vous serez consciente de cette réalité : quand les Etats-Unis ne disent rien, le gouvernement et le peuple chinois en prennent note.

Le gouvernement chinois prend des mesures pour promouvoir les droits de l'homme, en inscrivant par exemple ce concept dans la Constitution, mais l'écart entre ses engagements théoriques et la réalité sur le terrain reste très important. Nous espérons que, lors de votre visite, vous soulèverez les problèmes suivants :

Le Tibet et le Xinjiang : Les Tibétains et les Ouïgours continuent de souffrir de leur manque de droits. Les autorités chinoises avancent comme motif que les appels lancés pacifiquement pour une plus grande autonomie cachent en réalité une "activité séparatiste". Vous devez demander * Pékin de mettre fin * cette "criminalisation" de l'engagement pacifique et de réengager les négociations entre la Chine et le dalaï-lama ou ses représentants.
La torture : D'après le rapport très récent de la Commission des Nations Unies contre la torture, ces pratiques par la police chinoise restent un sérieux problème. Les aveux obtenus sous la torture sont encore souvent utilisés dans les tribunaux chinois. Vous devez demander * Pékin de modifier sa politique, de mettre en place des mécanismes qui prévoient que les actes présumés de torture donnent systématiquement lieu * une enquête et que les aveux obtenus sous la torture ne soient plus pris en compte.
La censure de la presse nationale : Le gouvernement chinois continue de contrôler les journalistes chinois. Au moins 26 journalistes sont en prison * cause de leur profession, avec pour beaucoup des charges ambiguës telles que "révélation de secrets d'Etat" et "incitation * la subversion". Vous devez demander au gouvernement chinois de mettre fin * la censure généralisée des médias et d'Internet, et de respecter pleinement son devoir de garantir la liberté d'expression, la liberté de la presse et le droit * l'information, en vertu de l'article 35 de la Constitution et des normes internationales.
Les abus * l'encontre des défenseurs des droits de l'homme, notamment Huang Qi et Liu Xiaobo : Plutôt que d'écouter ceux qui demandent une meilleure protection des droits de l'homme, le gouvernement chinois continue de persécuter ceux qui le critiquent publiquement. Le dissident Huang Qi risque trois ans de prison pour "possession de secrets d'Etat". Ses accusations sont en lien avec son enquête sur les écoles mal construites qui ont été détruites lors du tremblement de terre de mai 2008. L'écrivain Liu Xiaobo, un vétéran du mouvement de protestation de la place Tiananmen en 1989, est emprisonné depuis décembre 2008 pour son implication dans la "Charte 08", une pétition qui demande un plus grand respect des droits de l'homme et la démocratie en Chine.
L'utilisation de formes de détention extrajudiciaires : La police chinoise continue d'utiliser fréquemment l'assignation * résidence, la résidence surveillée et la détention administrative. Dans la loi chinoise, il n'existe pas de base légale pour ces pratiques, et vous devez demander au gouvernement chinois de ne plus les utiliser.
Nous vous encourageons fortement * soulever ces problèmes dès votre arrivée en Chine, en tant que Secrétaire d'Etat. Nous sommes conscients que l'agenda des Etats-Unis est vaste, mais nous croyons que les progrès escomptés dans les domaines de l'économique, de la sécurité et de la diplomatie pourront être renforcés par une défense des droits de l'homme plus large et plus vigoureuse.